Le mépris du peuple

Le mépris du peuple


Comment l'oligarchie a pris la société en otage


Jack Dion


Date de parution : 14/01/2015
ISBN : 979-10-209-0180-4
160 pages
14,5 x 22 cm

15.50 €


Disponible également en version numérique
Prix : 10.99 €

Mais pourquoi ont-ils fait disparaître le peuple ?
Pour Jack Dion, il s’agit un putsch contre la démocratie.


Mais pourquoi ont-ils fait disparaître le peuple ?
Tel est le fil rouge du livre de Jack Dion, intitulé « Le mépris du peuple ». Dans un pays qui se réclame des droits de l’homme et du citoyen, et dont l’histoire est celle des révoltes populaires, le peuple pointe aux abonnés absents.
Il est banni des sphères d’un pouvoir régi par l’entre soi de caste. Un système de monarchie républicaine permet de gouverner en ne représentant qu’une infime minorité du pays et en faisant le contraire de ce qui avait été annoncé. Au terme d’une épuration sociale passée inaperçue, il n’y a quasiment plus d’ouvriers sur les bancs de l’Assemblée Nationale. Dans les entreprises, où règnent les oligarques du CAC 40, les salariés sont exclus de toutes les prises de décision. Dans les médias, on ne parle d’eux que pour les dire rétifs aux « réformes » inévitables qu’impose une « loi du marché » devenue la nouvelle Bible.
Désormais, une « prolophobie » sournoise a droit de cité. Tout ce qui vient de la France d’en bas est suspect, non digne de considération, voire subversif. Même la notion de souveraineté populaire est jugée attentatoire à la nouvelle doxa. 
Dans la bouche des représentants de l’élite, le mot « populisme » est devenu l’injure suprême, comme si le simple fait d’écouter les voix d’origine populaire était un crime contre l’esprit. Quant à la France, elle est sommée d’oublier son histoire, sa spécificité, son originalité, pour s’aligner sur la mondialisation sans rivage édictée par les grands prêtres de l’Union Européenne, pour qui les nations n’existent plus.